TÉMOIGNAGE DE FÉLICIEN, ANCIEN SATANISTE N°1


Initiation à la magie rouge


Chers frères et chers amis, nous voulons partager avec vous ce témoignage, qui comme les autres témoignages des anciens satanistes, nous réveille par rapport au combat spirituel. Il s'agit de l'histoire du jeune Félicien qui dès l'âge de 13 ans, s'engagea lui-même dans la sorcellerie après avoir suivi les démonstrations d'un magicien dans leur collège. Il a gravi des échelons dans le camp de satan, et a commis des dégâts atroces, jusqu'au moment où il accepta la main tendue de Dieu, et donna sa vie au Seigneur Jésus-Christ.


Ce témoignage, tout en nous ouvrant davantage les yeux sur les œuvres du monde des ténèbres en général, et du monde sous-marin en particulier, confirme les informations que nous donnent les autres témoignages que nous avons déjà lus. Il est d'une grande clarté, et nous met en garde contre le risque de vivre sans avoir Jésus-Christ comme Seigneur et Maître, et aussi contre le danger d'être chrétien né de nouveau sans réellement vivre une vie de sanctification.


Ce témoignage comme les autres, confirme les enseignements sur le Combat Spirituel et le Discernement que nous avons mis à votre disposition il y a quelques années de cela. Nous vous prions de le lire très attentivement, et d'en tirer toutes les leçons possibles. Il est en quatre parties. Prenez également le temps de lire ou de relire nos enseignements sur le Combat Spirituel et le Discernement. Ils sont d'une très grande richesse. Que Dieu vous bénisse!


Un jour un magicien est venu faire des démonstrations magiques dans notre collège, comme cela se faisait autrefois. Après ses exhibitions magiques, je l’approchai pour le consulter car je voulais devenir un homme puissant et célèbre dans ma ville et dans mon école. Ce dernier me donna les adresses des grands maîtres de l’Europe afin que je puisse correspondre avec eux, ensuite il fit des incisions sur mon corps afin que je devienne fort. Après cela, j’ai écrit à l’une de ces adresses, à un grand maître résidant en France. Je lui ai dit que je voulais devenir célèbre dans ma ville et puissant dans mon école, et aussi attirer les filles de ma génération. Quelques jours plus tard ce maître répondit à ma lettre. Il me recommanda de brûler des billets de francs et mon bon de commande et de les jeter dans les toilettes. En fait, j’avais commandé une chaînette magique de puissance.


Après avoir fait ce qui m’avait été instruit, la réponse ne tarda pas à venir par le même moyen postal, par les toilettes. La réponse de ce maître mystique me recommandait de me rendre au cimetière nu, de nuit. Avant mon départ vers le cimetière local de Mongansi, à minuit je devais réciter quelques prières magiques afin de disperser les passants de mon chemin, et aussi pour que ni mes parents ni ma famille ne soient au courant. Animé d’un courage satanique, je me rendis au cimetière cette nuit-là. Les instructions de mon maître stipulaient que je devais garder secret tout ceci, et mon départ vers le cimetière était obligatoire. Le refus d’y aller était punissable de mort ou de folie. Il fallait garder le sang-froid et ne pas paniquer ou crier si je voyais une chose étrange. Arrivé au cimetière je me suis mis à faire des prières incantatoires les yeux fermés.


Après avoir fait mes prières magiques j’ai ouvert les yeux. Ce que j’ai vu me mit dans la frayeur, mais je devais par dessus tout garder le sang-froid et ne pas paniquer. Ainsi, grande fut ma surprise de constater que j’avais devant moi un monstre, un grand serpent qui sortait de l’une des tombes du cimetière. Il avait la taille d’un Anaconda. Il se tint debout et se mit à grogner pour m’effrayer, mais je gardai toujours mon sang-froid car j’étais déterminé à avoir la puissance et la notoriété. Il n’était pas un serpent ordinaire mais un démon en chair, et à le voir ainsi, il y avait de quoi piquer une crise et mourir. Le serpent a tenté de m’effrayer, mais en vain. Voyant qu’il n’avait pas réussi à me faire fuir, il ouvrit sa gueule énorme dans laquelle se trouvait une chaînette brillante et éclatante. Puis, j’entendis une voix qui me commandait d’insérer ma main à l’intérieur de la gueule du serpent et d’en retirer la chaînette magique. Je n’avais pas le choix, autrement j’allais devenir fou ou mourir, et le diable serait content de me voir mourir car ainsi il aurait gagné mon âme.


Je retirai donc la chaînette de la gueule du serpent et je la mis autour de mon cou en signe de victoire. Mais hélas ma victoire fut de courte durée, car je me suis vu encerclé par un groupe de morts vivants sous forme squelettique qui chantaient ceci: "Frère Jacques, frère Jacques dormez..." L’objectif de ces démons était de me faire passer du temps au cimetière, car les instructions du maître stipulaient que je devais quitter le cimetière immédiatement après avoir retiré la chaînette de la gueule du serpent. Il fallait donc que je quitte le cimetière sans perdre de temps, de peur de mourir ou de devenir fou, et grâce à mon agilité, je parvins à échapper à ces démons; mais ils ne me laissèrent pas fuir, ils se mirent à ma poursuite en criant: "Au voleur!" Ils m’ont pourchassé avec des bâtons et des morceaux de pierres. D’autres passèrent devant moi pour me barrer le chemin, mais j’ai pu les dribbler. Finalement je suis sorti du cimetière; je venais donc d’échapper à la mort.


Arrivé à la maison personne ne sut ce qui s’était passé. Et d’après ce contrat personne ne devait être au courant de mon implication dans le monde des esprits. Bien-aimés, ceci se passait quand je n’avais que treize ans. Mais n'en soyez pas étonnés, car il y a même des bébés qui sortent du ventre de leur maman pour voyager dans le monde invisible et pratiquer la sorcellerie. Le monde est rempli de mystère. Il y a des choses terribles qui se passent la nuit pendant que les gens dorment. Le lendemain lorsque je suis arrivé à l’école, c’était comme si les démons m’avaient précédé et avaient fait ma publicité auprès des élèves de notre école. Mon succès était tel que même les filles de mon école ne pouvaient me résister. J’étais donc devenu célèbre et même mes professeurs m’aimaient. Pendant que je pratiquais la magie, j’ai continué à servir dans mon église en tant qu’enfant de cœur dans la paroisse de Notre-Dame Fatima à Dolisie.


Les jours passèrent très vite et un dimanche après la messe dominicale, le curé m’appela et me fit savoir qu’il avait besoin de me parler à 18h. Le soir venu, je me suis rendu chez le curé. Il m’ouvrit son cœur et me fit comprendre qu’il savait déjà que je fréquentais le monde des esprits dans les cimetières, bien que je ne lui en eusse jamais parlé. Il proposa de m’initier à la magie rouge du dragon rouge. Il me fit part de plusieurs mystères de la magie et me confia que son mandat dans la ville touchait à sa fin. Ainsi, il devait préparer un remplaçant qui allait prendre sa relève dans la ville. Il me dit qu’un prêtre avant l’expiration de son mandat dans la ville où il travaille, doit préparer quelqu’un qui va le remplacer et représenter sa branche magique. Car un prêtre ne quitte jamais une ville sans avoir formé un disciple pour le remplacer. Après cette entrevue il m’invita à passer le mercredi suivant à la paroisse, afin que nous puissions passer aux choses sérieuses.


Le mercredi à 22h, avant d’arriver chez lui, il me demanda de me changer et mettre une soutane qu’il avait préparée pour la cérémonie. C'était une soutane à capuche. Cette robe ou soutane blanche était pour les novices dans la pratique de la magie rouge du dragon. Après les incantations du prêtre, nous nous sommes assis sur un tapis rouge devant la statue de jésus. Puis le prêtre me demanda de fermer les yeux et de me concentrer. Pendant ce temps il récitait des formules magiques. Et pendant qu’il récitait ces prières magiques, j’avais l’impression qu’on était en train de voler dans l’espace. Puis le prêtre me demanda de me mettre debout et d’ouvrir les yeux. Lorsque j’ai ouvert les yeux, j’ai constaté que nous n’étions plus dans la paroisse mais dans un monde magique rempli de beauté. C’était une ville très bien construite avec des immeubles gigantesques, d’une beauté ineffable.


A notre arrivée une femme au nom de Donna Leticia de nationalité italienne vint à notre rencontre. Après m’avoir fixé dans les yeux, elle commença à m’accuser d’être un traître, en disant qu’il ne fallait pas que je sois présenté à l’assistance dans l’auditoire, et qu’il fallait que le curé me remplace par un autre disciple. Mais malgré son insistance, le prêtre lui dit que j’allais changer. Après ce débat, ils décidèrent tous de m’enfermer dans une chambre sans fenêtre dans laquelle il y avait une ampoule qui éclairait, et des caméras qui me filmaient. Quelques temps après, on me fit sortir de cette chambre et un homme fut instruit de me transporter dans le hall où se trouvait la grande salle de réunion où se trouvait l’assistance. Dans cet immeuble se trouvaient la salle de conférence, la salle de banquet et autres. Quand je suis arrivé dans la salle de conférence, j’ai constaté qu’elle était remplie de gens. Il y avait des gens vivants et des gens qui étaient déjà morts il y a plusieurs années. Il y avait des grands commerçants de la ville de Pointe Noire, il y avait des autorités militaires et civiles de notre pays, et des religieux. J’ai vu des personnes que nous avons étudiées dans l’histoire et qui sont décédées il y a plusieurs années.


Quand la réunion débuta, cette femme italienne continua d’insister que je ne devrais pas être présenté à l’assistance, car plus tard je vais trahir le monde invisible. Ce fut grâce à un vote que l’assemblée décida de me présenter à l’assistance. C’est ainsi que celui qui dirigeait la réunion m’ordonna de passer devant et de me mettre à la barre, comme dans un tribunal. Un nouveau nom me fut donné pour signifier que j’étais devenu serviteur de satan à plein temps. Le président de la réunion était un évêque bien connu dans la république du Congo. Ce dernier énuméra dix lois que je devais observer, la moindre désobéissance à ces lois entraînerait une punition sévère. Comme dans toutes les réunions d’intronisation, toute l’assistance fut invitée dans la salle de banquet se trouvant dans le même immeuble, où les invités étaient supposés aller goûter à la viande et au sang humain, et danser au rythme de la rumba congolaise chantée par le musicien Franco qui était encore vivant à cette époque. Enfin, l’évêque s’approcha de moi, et me donna un livre contenant plusieurs prières magiques destinées à invoquer des esprits démoniaques et d’autres puissants démons comme la reine Farida. Il me conseilla de garder secret ce que j’ai vu et entendu dans le monde invisible, de peur de devenir fou ou de mourir. Voilà comment commença ma carrière dans la magie rouge.


Je me rappelle qu’après quelques temps, à la veille de la rentrée scolaire mon père m’emmena au marché pour faire quelques courses afin de préparer ma rentrée scolaire. Alors que nous étions à quelques mètres du marché, j’ai entendu une voix en moi me rappelant que je devais m’abstenir d’aller dans un marché, comme prescrit dans les dix lois qui régissaient ma vie mystique, de peur d’être puni; cela faisait partie des dix commandements que je devais respecter. Mon père n’a pas compris pourquoi j’évitais le marché. Je lui ai menti en lui disant que maman m’avait déjà acheté toutes les fournitures scolaires, alors que ce n’était pas le cas. Alors papa me remit l’argent pour que j’achète la tenue de l’école. J’ai pris cet argent et je l’ai dépensé dans d’autres choses, sachant que j’allai consulter la reine Farida afin qu’elle me donne ce dont j’avais besoin. Lorsqu'elle apparut, elle me demanda ce dont j’avais besoin, et avec claquement de mains ses servants m’apportèrent toutes mes fournitures scolaires et même la tenue de classe. Cette dame satanique était devenue comme ma mère. Elle trouvait des solutions à tous mes problèmes et prétendait qu’elle m’aimait.


Ma rencontre avec les sorcières


Quelques mois plus tard, j’ai commencé à avoir des problèmes avec mon père, ce qui m’irrita à un tel point que j’eus des problèmes avec le monde invisible; car les dix commandements stipulaient que je ne devais pas me mettre en colère. Dans mon enfance je détestais les sorciers. Il arriva un jour que le président de notre paroisse Notre-Dame Fatima voulait tuer un garçon qui servait dans le chœur des enfants. J’ai été informé par des démons, et la nuit même où cet homme devait exécuter le garçon qui était son propre fils, je l’en ai empêché. Il ne pouvait rien contre moi parce que son pouvoir était inférieur au mien. En fait, il n’était qu’un sorcier, et j’étais un sataniste. Cet homme qui était le président de notre paroisse et le chef des sorciers commença à me haïr. Sa haine était tellement évidente, mais les gens en ignoraient la cause. Ils ne pouvaient pas comprendre qu’il y avait un conflit nocturne entre lui et moi. Pendant ma vie magique, aucun de mes parents ne se doutait de mon appartenance à la branche de la magie rouge, parce que j’étais doux et docile.


Plus tard, j’ai commencé à avoir des problèmes avec mon père qui était un sorcier bien connu dans la communauté. Il avait un totem de crocodiles. A la maison nous avions un jouet qui était un avion en bambou, mais dans la nuit ce jouet se transformait en avion mystique que mon père utilisait. En fait, il y avait un aéroport mystique derrière notre maison. Notre conflit a commencé lorsque mon père est devenu incapable de quitter son corps pour voyager dans le monde spirituel. Mon démon l’empêchait d’embarquer dans son avion mystique, en conséquence je n’étais plus toléré à la maison. Un jour après l’école, je suis rentré à la maison et j’ai découvert que mon père avait brûlé mes vêtements, car ma présence l’indisposait. Ainsi, il fallait que je quitte sa maison. Après ce malentendu entre mon père et moi, je m’étais mis en colère et cette colère avait beaucoup dérangé le monde invisible. Alors la reine Farida me convoqua par téléphone mystique, et lorsque je suis allé à sa rencontre, elle me rappela ma transgression et me fit savoir qu’elle n’était pas contente de moi. Et pour apaiser sa colère, elle me demanda de lui sacrifier le bébé que ma marâtre avait eu avec mon père. Ce sacrifice devait calmer la colère de cette reine démoniaque.


Puis la reine me demanda de visiter mon maître, le prêtre de l’église catholique, afin de payer pour ma transgression. Lorsque je suis arrivé chez le prêtre dans la ville de Dolisie, ce dernier me reçut à bras ouverts, mais seulement il était déçu parce que j’avais transgressé l’une des dix lois. Le prêtre me dit que pour implorer la grâce du grand maître satan je devais faire une neuvaine, cela veut dire neuf jours de jeûne sans manger ni boire dans la paroisse. Après cela, je devais encore offrir neuf enfants au diable. Dès que les neuf jours de jeûne furent accomplis, le curé m’invita dans son logement pour voir ce qu’il y avait lieu de faire, je veux dire pour m’aider à sacrifier ces enfants à satan. Alors le prêtre mit en place un organisme de charité pour la distribution de nourriture et de vivres aux enfants de deux à douze ans, comme c’est la coutume dans les églises catholiques.


Donc chaque lundi on allait distribuer de la nourriture aux enfants: Du riz, du sucre, du lait de soja. Pendant que les enfants étaient alignés, je devais poser ma main droite sur la tête de l’enfant qui sera la prochaine victime. Par conséquent neuf de ces enfants sont morts au fil du temps. Je regrette d’avoir tué des enfants innocents. Nous devons comprendre que derrière les nombreux organismes de charité de l’église catholique, il y a des sacrifices humains. Je vous conseille de ne jamais permettre aux catholiques de tenir une messe de mort pour un membre de votre famille. En fait, pendant cette messe, le prêtre asperge de l’eau bénite sur le cercueil pour capturer l’âme de la personne décédée. Et l’eau bénite ainsi aspergée se transforme en une rivière massive dans laquelle l’âme de la personne morte est coincée.


Maintenant la question est de savoir d’où provenaient le lait, le riz et les autres produits alimentaires qu’on distribuait aux enfants. J’aimerais que la réponse nous fasse réfléchir. Avant la distribution de vivres, on s’enfermait dans un local qui ressemblait à un dépôt, et le prêtre faisait des invocations pour demander tout ce que nous allions distribuer aux enfants le lundi. Suite à ces prières magiques, la toiture s’ouvrait et les tonnes de vivres et de divers produits alimentaires descendaient, comme si un groupe de travailleurs invisibles les faisait sortir d’un avion-cargo invisible, et les entassait dans le local qui nous servait de dépôt. Ainsi, ces choses provenaient du monde de satan, lui qui ne donne pas aux humains gratuitement; il fallait donc des sacrifices en retour.


Le diable ne donne pas gratuitement, quand il donne, il prend plus que ce qu’il a donné. C’est pour cela que les enfants sont morts, et donc j’ai réussi à offrir neuf âmes à la reine Farida. Nous voyons toujours des prêtres catholiques faire des dons et offrir des biens dans des actes de charité, mais personne ne sait d’où proviennent ces biens. La charité catholique est hypocrite et dangereuse; c’est une autre facette de la méchanceté. Vous devez fuir cela, si vous tenez à votre vie. En acceptant ces dons et ces soi-disant cadeaux et aides qui viennent du monde de satan, vous signez sans le savoir un pacte avec lucifer, pour lui vendre votre âme. Vous êtes maintenant avertis.


Ma première participation au sommet mondial annuel des satanistes dans le sous-sol de l’Inde


Un jour, le prêtre m’a demandé d’aller avec lui dans la paroisse afin que je puisse l’accompagner à la réunion annuelle de la fin d’année. C’était le 24 décembre 1985. Vers le milieu de la nuit, le prêtre me dit qu’il fallait passer aux choses sérieuses. C’était juste après la messe de noël à 23h. Vers minuit nous sommes allés au cimetière local de Moupé. Sachez qu’un cimetière est un des portails vers le monde parallèle de satan. Ce fut à partir de ce cimetière que nous avons pu voyager au sous-sol de l’Inde pour assister au sommet mondial annuel de satanistes. Le royaume satanique en Inde n’est pas visible à l’œil nu, c’est un royaume spirituel, c’est là le siège du gouvernement mondial de lucifer situé dans le sous-sol de l’Inde. Après des invocations, le prêtre me demanda de trouver la tombe d’une personne de sexe masculin. Une fois que cela fut fait, il fit une prière magique et la personne se leva de sa tombe et je pus m’entretenir avec elle. Puis, je me suis allongé dans sa tombe et nous lui avons dit de garder mon corps durant mon voyage en Inde.


Quand je me suis allongé dans son cercueil mon esprit est sorti de mon corps, et j’ai atterri en Inde pour assister au rassemblement mondial de satanistes. Il y avait des footballeurs célèbres, des stars du cinéma et de la chanson, des leaders politiques bien connus, des anges déchus, des démons supérieurs et des principautés. Les nouveaux venus comme moi devaient être présentés à l’assistance, et c’est dans ce genre de rassemblement qu’étaient déterminés les événements majeurs qui devaient se produire dans le monde au cours de la nouvelle année qui allait commencer. Ainsi, on décidait et déterminait en avance le sort des événements politiques, sportifs et commerciaux. Ce rassemblement satanique a lieu chaque année, du 24 au 31 décembre. Le changement de régime politique et les résultats des élections sont décidés en avance lors de ces réunions. Les événements économiques et commerciaux sont également abordés, les résultats sportifs et les résultats des championnats sont également décidés et déterminés en avance durant cette rencontre. Les maladies qui doivent émerger sur la terre dans différentes régions pour tourmenter les habitants de divers pays y sont également programmées.


Dans ces réunions annuelles, les anges déchus et les principautés planifient les guerres et les conflits militaires qu’ils vont provoquer dans différentes régions de la terre au cours de la nouvelle année. Ces principautés préparent et planifient d’avance les accidents de la circulation, les crashs d’avions; ils planifient comment couler des bateaux et des navires; ils programment les catastrophes soi-disant naturelles qui frapperont différentes régions de la terre, etc. Les grands événements majeurs et mondiaux, préjudiciables à l’humanité et favorables au royaume des ténèbres, qui vont arriver sur la terre au cours de la nouvelle année, sont décidés et programmés d’avance par les principautés et les anges déchus, pendant que le monde entier reste dans les festivités en train de crier: "Joyeux Noël et Bonne Année!", au lieu d’être en prière.


Dans ces rassemblements, le choix des présidents des différents pays du monde est décidé. C’est lors de ce rassemblement que j’ai pris connaissance du changement de régime politique qui aurait lieu dans mon pays; car j’ai vu les anges déchus et les principautés décider de l’arrivée de la démocratie dans mon pays et la dévaluation du franc CFA. Dans ce rassemblement de satanistes et de démons, nous avons aussi discuté de la guerre en Angola. Nous avons décidé d’envoyer des soldats invisibles pour continuer à aider le chef rebelle. Son armée était moindre comparée à celle du gouvernement officiel, mais il progressait toujours parce qu’il était aidé par des démons qui se battaient à ses côtés. Je conseillerais aux chrétiens de prier pour la paix dans leur pays. De nombreux conflits politiques et militaires sont décidés et programmés dans le monde invisible pour arrêter l’œuvre de Dieu. Le royaume des ténèbres se réserve le droit de dominer sur un pays qui a demandé de l’aide à la banque mondiale; l’épidémie du sida fut également abordée.


Je profite de cette occasion pour demander aux Enfants de Dieu de ne ni se disputer, ni débattre sur des questions relatives au sport en général, et au football en particulier. Permettez-moi de vous conseiller de ne pas être fan d’une équipe de football. Les résultats des championnats de football et des tournois sportifs sont décidés dans le monde invisible, dans ces rassemblements de satanistes et de démons. Toujours dans ces réunions il a été décidé que le Canada deviendrait un pays de main d’œuvre, et que le Japon se développerait sur le plan scientifique et technologique.


Après la réunion, les initiés nouvellement arrivés comme moi furent emmenés dans une autre salle de réunion où nous devions recevoir des instructions, et dans cette salle, il y avait une statue de jésus-christ sur la croix. En fait, cette statue avait un corps humain et du sang frais et rouge sortait de cet homme sur la croix. Je ne sais pas si c’était un homme ou un démon. Cet homme sur la croix ressemblait au jésus représenté sur les images de dévotion catholique. On nous présenta cet homme cloué sur la croix comme étant le chef des chrétiens, le fils de Dieu qui est adoré par les chrétiens. Notre hôte ne pouvait pas citer le nom de Jésus-Christ, car il est interdit de citer le nom de Jésus dans le monde de satan. Puis, il nous incita à flageller le faux jésus qui était sur la croix; nous avons été chargés de soumettre cet homme sur la croix aux abus et aux insultes, et on nous poussa à le fouetter, à cracher sur lui et à lui donner des coups de poing. Comme conséquence de ce traitement, cet homme sur la croix se mit à saigner encore plus.


Cet acte symbolique posé par les nouveaux initiés était un acte blasphématoire qui concrétisait le rejet de Jésus-Christ, mais l’homme qui saignait sur la croix était un démon supérieur qui avait pris l’apparence de Jésus. Et j’ai compris que l’image de l’homme de la croix dans l’église catholique n’était pas pour rappeler aux croyants la mort du Christ, mais plutôt pour se moquer de Lui. Avant de retourner sur la terre on donna à chacun de nous un tapis volant, un livre contenant 120 prières magiques, un cordon ayant une croix qui était un téléphone, et un bâton que nous étions supposés utiliser dans la guerre spirituelle. J’ai été chargé de sacrifier 3000 personnes en 20 ans, puis nous sommes retournés sur la terre. Quand mon maître le prêtre quitta la ville, il me confia entre les mains de l’ange déchu appelé maître bombar de bombar.


Que Dieu vous bénisse!





Tweet
Sentez-vous libres de faire des copies de cet article et de les distribuer.
Pour le télécharger, cliquez ICI ou sur l'icône Pdf ci-contre.
Télécharger au format PDF

Pour lire les fichiers PDF, vous devez utiliser Acrobat Reader.
Si vous ne l'avez pas encore, vous pouvez le télécharger gratuitement
 :