LE CAS GBAGBO: TREMPLIN DU REVEIL AFRICAIN N°3


Cet entretien est la 3ème partie d’une série de sept volumes. Pour en bénéficier totalement, il vous faut lire les autres parties, dans l’ordre des numéros.


Nyang Bensouda: Laisse-moi te donner un autre exemple, Youssouf. Je t'ai déjà dit que ce que le cas Gbagbo nous a fait, je ne peux pas trouver des vrais mots pour l'exprimer. Et quand je parle du cas Gbagbo, je ne parle pas seulement de la finalité du coup d'état, je parle de tout le processus qui l'a accompagné. Un autre fait marquant, c'est la naturalisation de dramane ouattara à quelques jours des élections présidentielles. On n'a jamais vu cela nulle part. C'est un autre fait inédit.


Youssouf: Madame, finalement ce cas ivoirien restera dans l'histoire comme le cas qui a englobé le plus grand nombre de faits inédits de toute l'histoire de l'humanité. Je crois que l'Unesco devrait s'y appesantir, et ce cas devrait normalement rentrer dans le Livre Guinness des records. Je recommande que le long coup d'état français en Côte d'Ivoire de 2000 à 2011 soit inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, bien avant la baguette française.


Il est établi que dramane ouattara a vécu près de 70 ans comme Burkinabé, et tes maitres ont forcé le Président Gbagbo à le naturaliser en vue des élections présidentielles, pour faire de lui le président d'un pays qui en réalité n'est pas sien. Pour fait inédit, c'en est réellement un.


Nyang Bensouda: Il y a également l'embargo sur les médicaments. Là c'est la cerise sur le gâteau. Tu ne peux pas t'imaginer comment cette erreur a montré le vrai visage de mes maitres qui aiment bien donner l'impression d'être très soucieux de la vie humaine. La Côte d'Ivoire a normalement près de 30 millions d'habitants. Quand mes maitres qui prônent partout les différents droits, y compris les droits des animaux comme toi, se permettent de bloquer les médicaments en direction de près de 30 millions de personnes, ils sont là en train de montrer au monde entier qu'ils ne sont que des vulgaires criminels. Je crois que tu es d'accord avec moi qu'aucun d'eux ne souhaite être vu de cette manière-là.


Youssouf: Tout à fait.


Nyang Bensouda: Malheureusement c'est de cette manière qu'ils sont vus maintenant. Priver plus de 30 millions de personnes de médicaments, c'est pour arriver à quel résultat, si ce n'est à tuer toutes ces populations qui comptent sur ces médicaments. Un vrai génocide. Et parmi les personnes qui seront ainsi victimes de cette décision odieuse, il y a des personnes âgées, des femmes enceintes, des femmes qui allaitent, des petits enfants, des personnes handicapées, etc. A partir de ce moment, quels droits mes maitres pourront-ils encore prêcher aux gens? Les droits des hommes? Les droits des femmes? Les droits des enfants? Les droits des personnes âgées? Les droits des personnes handicapées? Les droits des malades? Tous ces différents droits ont été bafoués. Nous ne savons plus où mettre la tête Youssouf. C'est très compliqué pour nous.


Youssouf: Ne pleure pas madame. Je comprends ta peine.


Nyang Bensouda: Je m'excuse Youssouf si je n'ai pas pu retenir mes larmes. Rien que ce cas d'embargo sur les médicaments à lui seul est suffisant pour nous détruire totalement et mettre plusieurs firmes pharmaceutiques de mes maitres en totale faillite si les Africains choisissent de se comporter comme des personnes ayant une cervelle. Quel Africain ayant tous ses sens peut encore compter sur les médicaments en provenance de l'Occident? Et quel pays africain digne de ce nom peut encore compter sur les médicaments importés, surtout de l'Occident?


Tout Africain dont la cervelle fonctionne encore bien, sait désormais que les médicaments fabriqués en Occident constituent un instrument de domination et d'asservissement entre les mains de mes maitres. Les vrais Africains savent maintenant que les Occidentaux peuvent à n'importe quel moment bloquer les médicaments en direction de l'Afrique, et laisser mourir sans aucune gêne, des dizaines de millions d'Africains. Les Africains qui réfléchissent vont certainement fuir ces médicaments importés, et chercher à se soigner autrement.


Il en est de même des dirigeants africains. Tous les dirigeants africains jouissant de toutes leurs facultés mentales et intellectuelles savent désormais que compter sur les médicaments fabriqués en Occident est synonyme d'exposer les populations africaines à d'éventuels chantages dignes d'enfants gâtés. Ils ont découvert à travers cette décision abominable, ce que mes maitres sont réellement. Des dirigeants responsables et consciencieux, s'il en existe sur le continent Africain, doivent réunir tous leurs experts et chercheurs en médecines naturelles et autres médecines parallèles, pour trouver rapidement des solutions pour traiter leurs malades sans plus compter sur les médicaments importés dont la livraison peut à tout moment être bloquée, même pour les raisons les plus enfantines et les plus ignobles.


Imagine-toi donc, Youssouf, que les dirigeants Africains soient des personnes mentalement saines et équilibrées, et prennent ce genre de décisions que je viens d'évoquer, que deviendront les firmes pharmaceutiques de mes maitres? Tu comprends pourquoi je n'arrive pas à retenir mes larmes. Est-ce que tu sais que l'Afrique a officiellement une population d'un milliard 300 millions d'habitants actuellement. Tu sais que les chiffres officiels sont toujours très bas par rapport aux vrais chiffres. Nous parlons donc d'une population d'au moins 2 milliards de personnes, 2 milliards de potentiels clients. C'est l'Afrique qui constitue la plus grande clientèle des firmes pharmaceutiques de mes maitres. Imagine-toi plus de 2 milliards de clients qui du jour au lendemain arrêtent de consommer les médicaments fabriqués en Occident. Ce serait la catastrophe. Voilà ce qui devait normalement arriver si les dirigeants africains n'étaient pas des laquais de mes maitres.


Même si cela n'est pas encore arrivé, mes maitres redoutent un tel scenario. Ils se disent que si la nouvelle génération d'Africains examinent cette situation avec lucidité, ils se révolteront contre la passivité complice de leurs dirigeants, se révolteront contre mes maitres, et boycotteront tous les produits français sans exception. Et ça sera la fin de la domination occidentale sur l'Afrique. Ce problème est donc très délicat, et je prie tout simplement que les Africains restent dans leur sommeil habituel, et qu'aucun d'eux ne se rende même compte qu'un quelconque problème existe. Si les jeunes Africains étaient un tout petit peu conscients de la réalité et de la gravité de cette situation, une révolution serait inévitable. Et ce n'est pas tout, Youssouf. Est-ce que tu sais qu'en Occident mes maitres défendent même les droits des morts?


Youssouf: Comment ça, madame?


Nyang Bensouda: Chaque fois qu'un sépulcre est profané en Europe, ils en font un problème tellement sérieux qu'ils ordonnent à la police de mener des enquêtes. Et les responsables sont généralement punis sévèrement quand ils sont attrapés. Si les Africains apprennent ceci, ils vont certainement réaliser qu'en Occident les morts ont plus de valeur que les vivants en Afrique. Tu te rends compte? Pendant que mes maitres protègent les droits des morts en Occident au point de punir sévèrement ceux qui osent perturber ces droits, ils bafouent les droits des vivants en Afrique au point d'ordonner le génocide de plus de 30 millions d'Africains sans scrupule. Ils confirment là que les Africains ne valent rien. Ils confirment que les hommes en Afrique ont moins de valeur que les animaux occidentaux, et que les vivants en Afrique ont moins de valeur que des morts occidentaux. Imagine-toi ce que sera la réaction des Africains quand ils réaliseront ceci. Je prie de tout mon cœur qu'ils ne le réalisent jamais.


Youssouf: Tu ferais mieux de constituer un groupe de prière solide pour une telle prière, madame.


Nyang Bensouda: A regarder les rayons de nourritures des chiens et des chats dans les supermarchés en Occident, tu t'évanouirais, Youssouf; surtout quand tu connais le sort qui est réservé aux hommes en Afrique par mes maitres et leurs valets qui occupent plusieurs fauteuils présidentiels en Afrique.


Youssouf: J'ai aussi appris, madame, qu'en Occident les cimetières sont mieux bâtis que les plus beaux quartiers d'Afrique, avec toutes les allées bitumées et bien tracées, et les routes à l'intérieur bien goudronnées; alors qu'en Afrique, tu ne trouveras aucune ville totalement bitumée, même pas les capitales. Ceci veut dire que pendant que les Occidentaux pillent l'Afrique et transforment les villes africaines en bidonvilles, y compris les capitales africaines, ils bâtissent leurs cimetières de manière à rendre jaloux les gens des quartiers les plus chics d'Afrique sub-sahariennes. Je suis sûr, madame, que n'eût été la peur des fantômes et de tous ces esprits diaboliques qui opèrent dans les cimetières, plusieurs Africains choisiraient de s'installer dans ces beaux cimetières occidentaux.


Nyang Bensouda: Tu as raison, Youssouf. Imagine-toi ce que sera la réaction des Africains quand ils réaliseront tout ceci. Je prie de tout mon cœur qu'ils ne le réalisent jamais.


Youssouf: Je te comprends madame, et je comprends très bien maintenant. Est-ce que tu sais qu'il y a plusieurs centaines de personnes qui sont mortes à cause de cet embargo sur les médicaments?


Nyang Bensouda: Je le sais.


Youssouf: Quand tes maitres sont prêts à enfermer le Président Gbagbo à la CPI à vie pour l'assassinat virtuel d'une centaine de personnes, alors qu'ils ont eux-mêmes assassiné réellement plus de 100 000 personnes par leurs armes, et étaient prêts à assassiner toujours réellement 30 millions de personnes de plus par l'embargo sur les médicaments, il y a lieu de se demander si l'on ne marche pas sur la tête.


Nyang Bensouda: Que veux-tu que je dise, Youssouf?


Youssouf: Permets-moi de revenir sur une déclaration que tu as faite tout à l'heure. Tu as dit qu'en réalité la crise ivoirienne a fait plus de 100 000 morts. Cela confirme les prédictions de dominique claudine nouvian folloroux-ouattara, l'épouse de dramane ouattara. Plusieurs medias ont publié qu'elle avait juré que même s’il devait y avoir 100 000 morts, dramane et elle prendraient le pouvoir en Côte d'Ivoire. Sa prédiction est d'une fidélité incroyable. Cette femme n'est-elle pas une prophétesse par hasard? A mon humble avis les églises chrétiennes qui n'ont pas encore des prophétesses devraient faire appel à elle. Mais la seule chose qui pourra peut-être refroidir ces églises qui pouvaient s'intéresser à elle, c'est la liste des noms que les medias lui ont donnés. Certains l'ont qualifiée de "harpie sanguinaire", d'autres de "putain dangereuse", et d'autres encore de "femme fatale". Des titres qui ne la rendront pas trop fréquentable par ces églises malgré son puissant ministère de prophétie et ses prédictions à la Nostradamus.


Nyang Bensouda: Etant de leur camp je ne peux pas trop commenter ce que tu viens de dire là. Mais je tiens tout de même à te mettre en garde. N'oublie pas que tu es toujours en Côte d'Ivoire. Ne t'oublie pas et tu répètes devant des gens là-bas tous ces qualificatifs que les medias ont donnés à la femme de dramane, sinon tu pourras te retrouver à la Maca pour ne plus jamais en sortir. J'espère que tu as suivi le cas du Syndicaliste Mahan Gahé Basile et les autres qui comme lui ont fait un voyage sans retour à la Maca. Les prisonniers politiques y sont tellement torturés que soit, ils meurent carrément en prison, soit, ils en sortent pour mourir quelques temps après. Le cas du ministre Jean-Jacques Béchio est encore bien frais dans les mémoires. Tu sais que je compte sur toi; j'ai encore besoin de toi, et je te veux en vie. Et n'oublie pas que si dramane te tue, tu as tout perdu, puisque ses crimes ne seront jamais ni investigués, ni punis. Je suis très bien placée pour te le dire.


Youssouf: C'est compris, madame.


Nyang Bensouda: Je ne peux pas te citer tout ce que ce cas de Gbagbo nous a fait. Plusieurs de mes maitres regrettent amèrement s'être mêlés de ce cas. Certains ont avoué que s'ils avaient un seul instant imaginé que ce cas aurait ce genre de résultats, ils ne l'auraient jamais engagé.


Youssouf: Mais madame, ils ont quand même réussi à piller la Côte d'Ivoire. Cela fait plus de 15 ans qu'ils pillent ce pays. Ils volent littéralement tout. Depuis 2002 avec la rébellion créée de toutes pièces par eux et dirigée par des crapules comme soro guillaume et sa bande, tes maitres se sont bien enrichis sur le dos de la Côte d'Ivoire. Et depuis qu'ils ont assassiné le Président Gbagbo, pardon, depuis qu'ils ont échoué à l'assassinat du Président Gbagbo et l'ont pris en otage, ils pillent tout, sans que personne ne bronche. Comment peux-tu dire qu'ils regrettent ce cas?


Nyang Bensouda: Tu ne comprends pas Youssouf. Déjà, fais gaffe quand tu seras à la cour. Ce genre de lapsus que tu viens de commettre en parlant de l'assassinat de Gbagbo, ne fais pas cela à la cour. Sinon ça sera une catastrophe. Maintenant revenons à ta question. Je suis d'accord avec toi qu'ils ont allégrement pillé tout le Nord de la Côte d'Ivoire après avoir coupé le pays en deux et laissé la partie Nord à la rébellion de dramane ouattara dirigée par soro, et qu'ils pillent librement le pays depuis qu'ils ont chassé Gbagbo du pouvoir. Mais leur image est totalement détruite. Ils auraient préféré piller moins que ce qu'ils ont pillé, mais maintenir l'image des personnes civilisées. Actuellement ils sont vus dans le monde entier comme des simples brutes, comme des minables criminels, et comme des vulgaires barbares. Cela ne leur fait pas plaisir.


Youssouf: Je comprends.


Nyang Bensouda: Ouiiii. Ce cas Gbagbo nous a fait beaucoup de mal. Je ne t'ai même pas encore parlé de la CPI. Les Présidents africains ont menacé à plusieurs reprises de quitter la CPI. Heureusement pour nous qu'ils sont pour la plupart des lâches, des vrais poltrons. Sinon je serai déjà au chômage. Il n'y a que le courageux Pierre Nkurunziza, Président du Burundi, qui a pu joindre l'acte à la parole.


Youssouf: Tu sembles avoir de l'admiration pour lui.


Nyang Bensouda: Bien sûr que oui. C'est ça un homme dans le vrai sens du terme. Un homme qui sait tenir à sa parole et qui ne se laisse pas effrayer par le genre d'épouvantail que mes maitres agitent très souvent. Et il n'y a pas que moi qui ai de l'admiration pour lui. Mes maitres aussi ont été surpris par sa détermination. Ils se disent d'ailleurs entre eux que si ces "minables et poltrons" présidents africains avaient le même courage que leur petit homologue du Burundi, les choses auraient déjà changé en Afrique, et la CPI serait déjà fermée. Quand je parle de petit homologue ici, je parle de la taille de son pays. Voilà un président courageux, qui a de la personnalité. Heureusement pour nous, ils ne sont pas nombreux. L'autre courageux était son homologue de la Gambie, le Président Yahya Jammeh qui par ailleurs était le président de mon pays. Mais mes maitres ont pu le chasser du pouvoir avec l'aide de leurs vassaux Macky Sall et dramane ouattara.


Et la France a plus à perdre dans tout cela que tout le monde. Prenons le cas de l'Opérateur de téléphonie mobile Orange. Il a été établi que pendant la crise ivoirienne, les gens de Gbagbo étaient espionnés par Orange, et que tous leurs appels téléphoniques étaient interceptés, à la demande de la France. Quel Africain sérieux peut encore utiliser l'opérateur téléphonique Orange tout en sachant qu'il est en fait le bras droit du système d'espionnage français en Afrique, et même peut-être à travers le monde? Si les Africains étaient des gens consciencieux, ils auraient tous abandonné cet opérateur dans le but de protéger leur vie privée. Si les Africains choisissent de se comporter comme des gens responsables et respectables, chacun d'eux abandonnera Orange, et cet opérateur cesserait d'opérer dans toute l'Afrique. Là encore je prie que les Africains soient encore insoucieux comme ils l'ont toujours été. Tu vois donc que nous avons beau piller la Côte d'Ivoire comme tu le dis, nous sortons perdant de ce cas de Gbagbo. Mes maitres redoutent tous, ce que le futur leur réserve en Afrique. Bien que les Africains soient reconnus comme des éternels esclaves, mes maitres craignent que la nouvelle génération ne se réveille et choisisse de refuser l'esclavage.


Je n'ai même pas encore évoqué le cas de nos ONG. Si notre grande inquiétude n'a pas l'air justifiée à tes yeux, c'est juste parce que les Africains sont vraiment amorphes. Regarde le rôle que nos ONG ont joué pendant cette crise. Si les Africains étaient réellement sérieux, aucune de ces ONG occidentales ne serait plus sur le continent Africain, car aucun pays sérieux ne peut accepter sur son sol des ONG qui sont en fait des cellules actives de l'espionnage et du contre espionnage des autres pays. Mais heureusement pour nous, les Africains semblent même ne pas trouver en cela un problème. Mais nous ne savons pas pour combien de temps cela va durer, surtout que depuis quelques temps quelques uns se réveillent et font entendre leurs voix sur la chaine de télévision panafricaine Afrique Media. Mes maitres ont même tout essayé pour fermer cette chaine, sans grand succès pour le moment. J'espère qu'on y parviendra, mais j'ai peur qu'on n'y parvienne pas.


Je ne voudrais même pas évoquer le cas de l'entreprise française Sagem, payée à coût de milliards par la Côte d'Ivoire, pour la gestion de ces élections ivoiriennes. Sagem avait été imposée par la France à Gbagbo, comme l'entreprise qui devait assurer la gestion technique du vote. En réalité, la mission de Sagem était de tout faire pour qu'il y ait un second tour, parce que les Français après des sérieuses investigations étaient convaincus que Gbagbo allait gagner les élections au premier tour. Les français savaient également qu'avec l'impopularité criarde de dramane ouattara, ils ne pouvaient pas oser une manipulation donnant ouattara vainqueur au premier tour. Ils savaient qu'avec un second tour, ils feraient pression sur Bédié qu'ils tenaient par les testicules, et justifieraient leur coup d'état par le fait que Bédié se serait allié à ouattara, et le monde entier verrait plausible que les deux ensemble soient en mesure de gagner contre Gbagbo. Voilà le jeu qui avait été planifié, et voilà la mission qui était assignée à l'entreprise française Sagem. Et Sagem avait bien fait son travail. Pour conséquence, le sang a coulé à flot en Côte d'Ivoire, et continue de couler.


Avec cela, quel pays africain sérieux peut encore confier la gestion de quoi que ce soit à une entreprise française tout en sachant que les entreprises françaises, quelles qu'elles soient, sont en fait des bras droits du système d'espionnage français en Afrique? Si les Africains deviennent consciencieux, aucune entreprise française ne pourra plus jamais gagner le moindre marché en Afrique. Voilà ce que risquent mes maitres français, Youssouf. J'espère que tu comprendras maintenant la profondeur de notre inquiétude. Si ce cas Gbagbo ouvre les yeux des Africains qui jusque là étaient aveugles, je suis certaine que mes maitres français seront chassés d'Afrique. D'où mon recours à la prière Youssouf, pour que les Africains demeurent aveugles.


Que Dieu vous bénisse!




Tweet

Sentez-vous libres de faire des copies de cet article et de les distribuer.
Pour le télécharger, cliquez ICI ou sur l'icône Pdf ci-contre.
Télécharger au format PDF

Pour lire les fichiers PDF, vous devez utiliser Acrobat Reader.
Si vous ne l'avez pas encore, vous pouvez le télécharger gratuitement
 :