LE CAS GBAGBO: TREMPLIN DU REVEIL AFRICAIN N°7


Cet entretien est la 7ème partie d’une série de sept volumes. Pour en bénéficier totalement, il vous faut lire les autres parties, dans l’ordre des numéros.


Nyang Bensouda: J'ai pu rencontrer quelques uns de ces Chrétiens à l'instar de ce fils de pasteur dont tu fais allusion, mais il ne m'a donné aucun conseil dans ce sens. J'espère que tu ne me diras pas qu'il n'est pas chrétien. Parce que j'ai la preuve qu'il est aussi chrétien. Lors de la crise postélectorale, il s'affichait avec les Chrétiens, et on le voyait même chanter des chants religieux en agitant un petit mouchoir blanc.


Youssouf: Justement madame, il n'est pas chrétien, ou du moins il est un chrétien hypocrite. J'ai même appris qu'il est plutôt dans une secte satanique, et qu'il serait dans la même loge que dramane ouattara. Donc en réalité il n'est pas différent de toi, madame. Il a lui aussi vendu son âme à lucifer et n'a plus de conscience. Il est donc très mal placé pour t'aider. Vous êtes en fait dans le même camp. Lui aussi a besoin de se repentir devant Dieu, et demander publiquement pardon, d'abord au Président Gbagbo et sa famille, ensuite aux familles de milliers de militaires ivoiriens qu'il a livrés à l'armée française par sa traitrise et sa félonie, et aux familles des dizaines de milliers de jeunes patriotes qui, croyant soutenir l'armée de leur pays et protégeant leur Président, se sont faits massacrer par les barbares armées française et onusienne, et enfin à tout le peuple Africain. Voilà ce que ce fourbe de général doit faire. Voilà ce que l'Afrique digne attend de ce renégat de général.


Nyang Bensouda: Ton raisonnement est logique Youssouf. Quand tu auras fini de témoigner à la CPI, je te rencontrerai pour qu'on voie ce que je peux faire pour me repentir. Pour le moment concentrons-nous sur la préparation de ton témoignage devant les juges de la CPI. D'accord?


Youssouf: C'est compris, madame. Et comme tu passes tout ton temps à prier de tout ton cœur, soit pour que les Africains restent dans leur sommeil habituel, et qu'aucun d'eux ne se rende même compte qu'un quelconque problème existe, soit pour que les Africains ne réalisent jamais que les hommes en Afrique ont moins de valeur que les animaux occidentaux, et que les vivants en Afrique ont moins de valeur que des morts occidentaux, soit pour que les Africains soient encore insoucieux comme ils l'ont toujours été, je voudrais que tu pries avec la même ferveur pour qu'à la cour je ne pense pas à tout ce que vous avez fait subir au Président Gbagbo. Sinon je risque de me retrouver plutôt en train de le défendre comme Sam l'Africain l'a fait.


Nyang Bensouda: Dans ce cas je crois qu'il est préférable que je jeûne pour toi plutôt, Youssouf.


Youssouf: Merci madame. Tout à l'heure je t'ai demandé ce que j'ai appelé un "dernier dernier mot". Maintenant madame, ce que j'ai à te demander n'est ni un dernier mot, ni un avant dernier mot, mais une petite faveur. Je voudrais que tu me passes ce message aux juges de la CPI. Dis-leur de ma part qu'ils se sont ridiculisés aux yeux du monde entier. On retiendra d'eux que ce sont des personnes viles et méprisables, des vulgaires corrompus. Rappelle-leur de ma part qu'ils porteront pour toujours sur leur conscience, s'ils en ont une, ce degré d'injustice qu'ils se sont laissé corrompre pour cautionner.


Nyang Bensouda: Je le ferai, Youssouf.


Youssouf: Pour finir, madame, je tiens à te rappeler que votre acharnement contre le Président Gbagbo a franchi toutes limites, madame. Tes maitres sont allés jusqu'à demander à leurs bouffons de juges, d'interdire que l'on appelle le Président Gbagbo Président. Ils ont exigé qu'il soit juste appelé Gbagbo. C'est époustouflant, madame. Et je t'ai bien observée tout le long de notre entretien, tu as veillé soigneusement à ne pas utiliser l'expression Président Gbagbo, tu n'as parlé que de Gbagbo. Pourtant tu as les preuves, madame, que cet homme est bel et bien le vainqueur des élections présidentielles de 2010 en Côte d'Ivoire. Et c'est toi-même qui venais de me dire que le Président Gbagbo avait en réalité gagné les élections dès le premier tour. Déjà même ta réaction à la cour dès la première comparution du Président Gbagbo avait confirmé cette information que tu m'as donnée. Dès que le Président Gbagbo avait demandé aux juges qu'on réponde à la question "Qui a gagné les élections?", tu avais contesté cela violemment, disant que vous n'étiez pas à la cour pour savoir qui avait gagné les élections. Pourtant, madame, si le Président Gbagbo est devant votre cour, c'est parce que selon vos accusations grotesques, il aurait perdu les élections, et aurait refusé de céder son poste à drame ouattara. Comment peux-tu expliquer un tel acharnement, madame?


Nyang Bensouda: (Soupir)


Youssouf: Ne sois pas inquiète, madame. Puisque tu t'es engagée à jeûner et prier pour moi, je viendrais.


Nyang Bensouda: Mille fois merci, Youssouf.


Youssouf: J'ai un message pour le Président Gbagbo, madame.


Nyang Bensouda: Oui, Youssouf.


Youssouf: Dans quelques jours, ce sera le 11 avril 2018. Pour ce 7ème anniversaire de son assassinat, appelle cela manqué si tu le veux, je voudrais lui adresser tout mon amour, et l'amour de tous les animaux dignes du continent Africain. Je voudrais aussi, sans usurpation de pouvoir, lui adresser également tout l'amour de tous les Africains dignes.


Nyang Bensouda: Je lui passerai ton message, Youssouf.


Youssouf: Au revoir, madame!


Nyang Bensouda: Au revoir, Youssouf!


Ainsi se termina l'entretien entre la procureure Fatou Nyang Bensouda et le peut-être prochain et ultime témoin à charge contre le Président Laurent Gbagbo de la Côte d'Ivoire, otage de la France à la cour de la honte au Pays-Bas. Vive fatou nyang bensouda, la racaille et la honte de l'Afrique du 21e siècle!


Youssouf après cet entretien avec Nyang Bensouda, se lança dans un soliloque dont la teneur se trouve ci-dessous:


Youssouf: Je suis persuadé que cette vendue ira s'asseoir paisiblement à la CPI, attendant tout naïvement que je vienne témoigner à charge contre l'innocent Laurent Gbagbo, le Président élu de mon pays la Côte d'Ivoire. Ce que cette perfide qui est prête à vendre tout un continent de près de 2 milliards de personnes pour 2 millions de dollars ignore, c'est que toute l'Afrique entière, des hommes jusqu'aux arbres des champs en passant par les animaux, savent que le vrai Président de la Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo, et la vraie Première dame Simone Gbagbo, et plusieurs centaines de vrais patriotes ivoiriens sont en train de mourir en prison ou en exil parce qu'il faut que la France pille allègrement la Côte d'Ivoire et toute la sous-région Ouest Africaine.


Cette dame corrompue jusqu'aux os ignore que si j'acceptais d'aller à la CPI, ce serait exclusivement pour témoigner à décharge en faveur de mon Président Gbagbo. Mais j'ai trouvé inutile d'y aller parce que les juges de la CPI n'ont pas besoin des gens pour supporter le Président, ils savent eux-mêmes que le Président est innocent. Ils ont toutes les preuves de son innocence. Ils ont plutôt besoin de témoins à charge, espérant qu'il y aurait un, dont le mensonge pourrait miraculeusement se transformer en vérité pour leur donner l'occasion de condamner l'Afrique à travers Gbagbo. Bien que je sois certain que mon refus d'aller à la CPI me vaudra de me retrouver dans les assiettes de drame ouattara dans un futur proche, je préfère ce destin-là, pour rentrer dans l'histoire de la bonne manière comme le Grand Général Dogbo Blé, et les autres vrais patriotes Africains tels que les Damana Pickass et compagnie. Je ne me rendrai donc pas à la Cour Punitive pour Indigènes.


Avec ce refus de Youssouf d'aller témoigner contre le Président Gbagbo, la corrompue Nyang Bensouda pour encore espérer condamner le fils de Mama, n'a qu'une seule vraie option qui lui reste: Se constituer elle-même témoin à charge contre le Président.


Youssouf après s'être séparé de Nyang Bensouda fut très affligé et jusqu'au coucher du soleil il ne put ni contenir sa colère, ni calmer ses émotions. Il retourna ensuite dans son arène, et passa la nuit à jeun. Il ne s'approcha d'aucune génisse et d'aucune vache, et il ne put se livrer au sommeil. Dès le point du jour, il se leva et commença à réfléchir sur la longue conversation qu'il a eue la veille avec la représentante des bourreaux du Président Gbagbo. Après il se lança dans un monologue devant des fils et filles d'Afrique, qui, bien que n'étant pas physiquement présents au moment où il parle, le sont dans son imaginaire, et sont bel et bien en train de l'écouter. Voici ci-dessous son discours:


Dieu créa l'homme français, et l'homme français créa l'Africain?


Tout se passe comme si Dieu a créé l'homme français, et l'homme français a créé l'Africain. Les Français sont convaincus d'avoir créé les Africains; et à ce titre, c'est à eux, Français, de décider de quel Africain doit vivre et de quel Africain doit mourir. Et quand ils décident de faire mourir les Africains, ils peuvent choisir de les tuer soit par dizaines, soit par centaines, soit par milliers, et n'ont de compte à rendre à personne. C'est pour cela qu'ils ont massacré des dizaines de milliers de personnes en Côte d'Ivoire et personne n'a bronché. C'est également pour cela qu'ils ont massacré des centaines de milliers de personnes en Libye et personne n'a bronché.


Et parmi les Africains qu'ils décident de laisser vivre, c'est encore eux, les Français, qui décident de qui doit être en liberté, de qui doit être en exil, et de qui doit être plutôt en prison. Voilà pourquoi le Président élu de la Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo, son épouse et plusieurs de ses ministres, et autres patriotes Ivoiriens, sont soit en prison, soit en exil, alors qu'il est établi qu'ils sont tous innocents, alors qu'il est démontré preuves à l'appui, qu'ils sont tous victimes de la mafia de la criminalité internationale dirigée par la France. Mais tout le monde semble résigné.


Et quand ils décident de vous garder plutôt en prison selon leur convenance, c'est encore eux qui décident du jour de votre libération, même si les juges, se sentant embarrassés par votre présence non justifiée dans leur cellule, décident de vous libérer. C'est pour cela que même quand les juges aux ordres de la CPI ont voulu libérer le Président Gbagbo le 28 Mai 2013 parce qu'ils ne savaient plus pour quelle raison continuer de le maintenir en prison, la France avait bloqué leur décision, et ordonné que le Président Gbagbo demeure en prison, comme l'a révélé le journal français Marianne.


Et comme ces français sont de grands abominables devant l'Éternel, ils se permettent de sodomiser les enfants Africains par dizaines ou par centaines, sans s'inquiéter, puisque personne ne leur fera jamais rien. Qui peut faire quoi à un dieu? C'est ce que les abominables soldats français ont fait aux enfants Africains en République Centrafricaine (RCA) dernièrement. Ils ont violé et sodomisé les petits enfants, garçons et filles, avec la bénédiction de l'organisation mafieuse et criminelle appelée ONU. Malgré la pléthore des preuves exhibées devant les caméras du monde entier, les juges iniques racistes français ont rendu un non-lieu. Une manière de dire au monde entier que le viol et la sodomie d'enfants Africains ne constituent en rien un problème, les Africains n'étant que des objets dont l'on peut en disposer à volonté.


Africaines, Africains, et dignes filles et fils d'Afrique, c'est ça la vérité. Pouvez-vous contester cette vérité? Si oui, dites-moi ce que le Président de la Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo, vainqueur des élections présidentielles de 2010, fait dans une piteuse prison à la Haye, au Pays-Bas. Avant de tenter de me prouver le contraire, dites-moi ce que la vraie Première dame de Côte d'Ivoire Simone Gbagbo, fait dans une piteuse cellule d'un camp de gendarmerie à Abidjan en Côte d'Ivoire, et aidez-moi à comprendre la pertinence du non-lieu dans le cas des enfants sodomisés de la RCA.


Africaines, Africains, et dignes filles et fils d'Afrique, si vous êtes convaincus que vos créateurs sont ces criminels dirigeants français qui disposent de vos vies comme ils le veulent, alors applaudissez et ne faites rien. Et si vous êtes convaincus que vous n'avez jamais été des créatures de quelques minables barbares criminels, alors préparez-vous à vous affranchir totalement de l'esclavage français. Vous ne pouvez plus continuer de contempler avec une passivité révoltante l'arrogance française. N'en avez-vous pas assez? N'en avez-vous pas marre?


Que fait le Président élu de la Côte d'Ivoire en prison en Hollande sept ans après son assassinat manqué? Que fait l'épouse du Président élu de la Côte d'Ivoire en prison à Abidjan? Quand l'histoire s'écrira dans les prochains jours, diriez-vous que vous étiez en vie sur la terre pendant que ce genre de folie se passait? Seriez-vous en mesure de regarder vos enfants dans les yeux et leur dire que vous avez eu le courage, je voulais dire la lâcheté, d'observer passivement ce genre d'abomination?


Si vous ne pouvez pas être remplis de colère face à cette cruauté hors norme des barbares dirigeants français, c'est que nous animaux sommes plus dignes que vous. Moi, Youssouf le taureau, je ne peux pas être si révolté contre ce degré d'injustice qui ne peut être tolérée que par des créatures en face de leur Créateur, quand vous les hommes semblez vous accommoder de cette vie d'esclaves.


Nous, dignes animaux d'Afrique, exigeons de la France la libération immédiate et sans condition du Président de la Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo, vainqueur des élections présidentielles de 2010, et de son épouse la vraie Première dame de Côte d'Ivoire Simone Gbagbo, et des autres dignes Fils de la Cote d'Ivoire encore en prison, faute de quoi nous démontrerons à la France que si les hommes Africains sont leurs créatures, nous les animaux ne le sommes guère. Alors, dignes filles et fils d'Afrique, si vous n'avez jamais été les créatures de la France, voici le moment de le démontrer. Ne faites pas honte à votre génération, ne faites pas honte à votre continent.


Si vous croyez que vos créateurs sont ces barbares dirigeants français qui croient qu'avec l'appui de l'organisation criminelle appelée ONU ils peuvent tout se permettre, vous n'avez rien à faire. Et si vous êtes convaincus que vos créateurs ne sont pas ces criminels dirigeants français qui croient qu'avec l'appui de l'organisation criminelle appelée ONU ils peuvent disposer de vos vies et de votre continent comme bon leur semble, levez-vous et arrachez la libération de votre continent.


Maître Patricia Hamza-Attéa, avocate au Barreau de Côte d'Ivoire et militante très engagée des Droits de l'Homme, a été violée, égorgée et brûlée par les rebelles de drame ouattara, président décrété par la criminalité internationale, et plus personne n'en parle. Jeunesse Africaine, réveille-toi. Jeunes Africains, réveillez-vous. L'Africain vaut plus que ce que le français veut vous faire croire.


Philippe Rémond, un ressortissant français installé en Côte d'Ivoire a été assassiné à Yamoussoukro par les rebelles de drame ouattara avec l'aide de la licorne, pour avoir dénoncé le pillage de l'Afrique par la France à travers le franc CFA. Jeunesse Africaine, réveille-toi, mobilise-toi et mets fin à ce franc CFA pour lequel tant de personnes ont été assassinées, y compris des étrangers, comme ce Français. Réveille-toi et mets fin au franc CFA afin que tout ce sang qui a coulé ne soit pas vain. Sylvanus Olympio a été assassiné à cause du franc CFA, Joseph Tchundjang Pouemi a été assassiné à cause du franc CFA, pour ne citer que ceux-là, et Laurent Koudou Gbagbo et sa famille ont de justesse échappé à l'assassinat à cause du franc CFA. Réveille-toi Jeunesse Africaine, lève-toi afin que tous ces sacrifices ne soient pas vains.


Dignes Femmes et Hommes d'Afrique, êtes-vous prêts à vous lever pour la libération totale de l'Afrique, ou choisirez-vous de laisser ce combat entre les mains des animaux? C'est à vous la réponse. Je vous ai mis face à vos responsabilités, et à votre destin. Si vous continuez de dormir, l'Afrique ne sera jamais libérée. Et vous Medias panafricains, si vous continuez de vous compromettre et de vous laisser corrompre, l'Afrique est repartie pour au moins 800 ans encore pour un nouvel esclavage, suivi d'une nouvelle colonisation, d'une nouvelle recolonisation, et d'une nouvelle néo-colonisation.


La résignation, ah! La résignation! Pourquoi êtes-vous résignés, dignes filles et fils d'Afrique? C'est parce que vous avez vu et vécu la barbarie inouïe et la brutalité sauvage de la France et de l'ONU en Côte d'Ivoire et en Libye, une barbarie et une brutalité qui ont laissé des centaines de milliers de morts sur le carreau, que vous vous dites, qu'est-ce qu'on peut donc faire? Déjà vous n'avez aucune arme. Et même si vous aviez des armes, vous êtes convaincus qu'aucune armée africaine ne peut tenir devant cette coalition de brigands internationaux. Et pour cela, la seule solution qui vous reste, n'est que la résignation. Vous avez tort. Pourquoi?


En fait, personne ne vous demande de prendre les armes contre les barbares. Vous n'avez pas besoin d'armes pour vous affranchir. La libération de l'Afrique n'a pas besoin de passer par une lutte armée. Le sang a assez coulé en Afrique, et vous ne devez plus jamais tolérer que le sang coule encore. Boycottez tous les produits français, et la France quittera l'Afrique au bout de quelques semaines pas plus. Voilà le tout petit sacrifice que l'Afrique attend de vous. Le boycott total de tous les produits français. A ce propos je vous recommande un excellent article intitulé: "Guerre France-Afrique: La Solution" que j'ai lu il y a de cela quelques années, dans lequel l'auteur avait tout expliqué à ce sujet. La libération de l'Afrique ne viendra que d'une prise de conscience collective. Elle n'a pas besoin d'armes, elle n'a pas besoin de bombes, elle a plutôt besoin d'unité. Si vous voulez remporter la victoire, ne tombez plus jamais dans le piège de la division que la France vous tend chaque fois. Cessez de vous croire Nordiste ou Sudiste, Musulman ou Chrétien, etc. L'Afrique a besoin de tous ses fils et filles. Mais si vous croyez que vous avez été créés pour être esclaves, vivre en esclavage et mourir esclaves, ne faites rien.


Que Dieu vous bénisse!




Tweet

Sentez-vous libres de faire des copies de cet article et de les distribuer.
Pour le télécharger, cliquez ICI ou sur l'icône Pdf ci-contre.
Télécharger au format PDF

Pour lire les fichiers PDF, vous devez utiliser Acrobat Reader.
Si vous ne l'avez pas encore, vous pouvez le télécharger gratuitement
 :